Fiche pédagogique et programme 2018-2019

 

Master : Criminologie, Renseignement, Radicalisation, Terrorisme

Code diplôme/certificat : MR12800A 

Unité d’enseignement : Évolutions - Mutations - Ruptures dans le monde de l’illicite

Niveau : M2             Code : CRM 213

V181209

COURS

Évolutions, mutations et ruptures dans le monde de l’illicite (CRM 213) 

LIEU ET HORAIRE

CNAM - 40 rue des Jeûneurs 75002 Paris

Secrétariat : Accès C - 1er étage

Salle de cours : Amphi 1 mais à vérifier avant chaque séance

Horaires : les cours se tiennent le vendredi de 18h00 à 21h00

RESUME

Dans une perspective stratégique et géopolitique, ce cours expose et explore ce qui évolue, se transforme, s’inscrit dans la continuité ou fait rupture dans les mondes criminels. 

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Finalité : Comprendre les mutations des phénomènes terroristes et criminels contemporains, afin d’être capable

- d’analyser de façon approfondie les liens de toute nature qu’ils entretiennent avec les sociétés au sein desquelles ils s’exercent ; 

- de cerner leur rôle et leur impact réels sur les tensions géopolitiques du monde actuel ;

- d’anticiper leurs évolutions futures et les risques qui en découlent.

Méthodologie : L’enseignement vise à établir, de façon prospective et non pas statique ou rétroactive, des grilles de compréhension de la criminalité contemporaine, à partir notamment

- des dynamiques propres au monde de l’illicite et aux évolutions de ses acteurs ; 

- de la porosité et des convergences entre activités licites et activités illicites, selon une approche multi- sectorielle (aspects politiques, sociaux, économiques, religieux…) ;

- et de comparaisons entre la France et l’étranger, sur la base d'exemples observés dans la période actuelle.

PLAN DES SEANCES

Séance 1. Vendredi 28 septembre 2018

Eric DANON

Introduction générale - Contextualiser les dynamiques criminelles

Présentation générale du cours et des séances.

• Introduction à une géopolitique de la violence criminelle.

a. Dynamiques criminelles et globalisation : analyse et conséquences dune mondialisation tirée par le marché, faiblesse de la régulation, offre et demande des différents "marchés du crime". Exemples : (1) essor de la criminalité transnationale, des grands trafics - drogue, armes, migrants... - et de la contrefaçon ; (2) nouvelles vulnérabilités liées à l’hyper connexion du monde et importance du cyber crime.

b. Adaptation et mutation des organisations criminelles (mimétisme et convergences entre économie licite et activités illicites ; puissance de la corruption ; Etats gangrénés par les organisations criminelles).

c. Aspects individuels : La capacité de faire ailleurs, en toute légalité, ce qui est interdit chez soi. La possibilité donnée à l’individu ordinaire d'accéder à ce qui était réservé autrefois aux grands criminels. Vers un brouillage des notions de légalité et d’illégalité ?

• Anticiper l"avenir du crime" (premiers éléments de méthodologie).

a. Difficultés de l'anticipation dans un monde chaotique. Théorie des événements imprévisibles (cygnes noirs). Comment, d'un point de vue méthodologique, appréhender la complexité du monde ? Comment décloisonner les approches et les compétences ? Nécessité de s'appuyer sur des expertises de nature différente : croisement des compétences (entre fonctionnaires, consultants, universitaires, écrivains, artistes, …), importance de l'anticipation et du renseignement, Ne pas essayer de prédire plus que les tendances et les évolutions ; développer la résilience collective ; ne pas se laisser aveugler par le tout technologique.

b. Trois exemples d’application des méthodologies d'anticipation : la montée en puissance des manipulations financières à grande échelle ; le détournement des révolutions technologiques à des fins criminelles ; les questions environnementales.

Séance 2. Vendredi 5 octobre 2018

Xavier Raufer

Les outils conceptuels - Observation, décèlement, prévision

Face aux évolutions criminelles, il nous faut apprendre à (1) discerner les dangers et menaces de demain, (2) identifier tôt les tendances nouvelles et (3) détecter les «  ruptures dambiance » et suivre des évolutions.

Observation et décèlement

 

a. Accélération historique des évolutions et des mutations dans les milieux criminels et terroristes depuis la fin de la guerre froide et, plus encore, depuis l'attentat du 11 septembre 2001 ; complexité de ces milieux (dimension territoriale et horizon temporel) ; difficulté de distinguer ce qui relève du temps long et du temps court car nous avons tendance à «  prolonger les courbes », à nous satisfaire d’un « ennemi de confort » et à nous contenter d’évoluer dans la « sphère des évidences courantes ».

​b. La prise en compte des temporalités pour pressentir et prévoir ; les priorités et arbitrages en matière de prévention ; temporalités différentes de la bureaucratie et des organisations criminelles ; nécessité de mettre en place des dispositifs de prévention pour les problèmes à venir et non pour les problèmes passés.

Décèlement et anticipation 

 

a. Penser un coup d’avance. Signaux faibles et ruptures d’ambiance. Danger surgissant et éclosions. Ne pas se contenter de l'attitude «  problème --> solution » mais adopter l'approche : «  problème --> solution du problème tel qu'il se présentera à 3-5 ans ». 

b. Du bon usage de certains invariants de lattitude des criminels : les règles immuables de la clandestinité ; la nécessité d'un financement et d'un soutien politique pour l'action terroriste ; pour les groupes islamistes, la nécessité d'une approbation ou, à tout le moins, d'un nihil obstat émanant d'une autorité religieuse.

Séance 3. Vendredi 12 octobre 2018

Jean-François COLOSIMO

La prise en compte du fait religieux dans la violence criminalo-terroriste

Les liens entre violence, politique et religion  

Ce qui fait lien : la double dimension anthropologique du religieux ; rappels historiques sur la sécularisation de l’Occident. Relations dialectiques et affrontements entre politique et religion pour offrir une perspective à l’homme et maîtriser la violence.

. Les violences contemporaines commises au nom de la religion

La place du religieux par rapport au politique (la pensée occidentale prise à contre-pied ; à la recherche d’un « réenchantement" du monde). Le cas particulier du djihadisme islamique (les attentats commis "au nom d’Allah » ; la "promesse" de Daech).

Séance 4. Vendredi 19 octobre 2018

Jean-François GAYRAUD

Penser le crime à l'ère du chaos (1)

Aveuglement et désastres stratégiques : comment voir clair ?

Une prédisposition de l’esprit humain ; l’aveuglement, son coût : huit exemples de désastres historiques ; les mécanismes de l’aveuglement : conformisme, tabous, biais ; la mise en conformité généralisée ; flux tendu et urgence ; phénoménologie : déconstruire avec mesure ; les expressions du déni du réel ; les aveuglements académiques ; les services de renseignement sont-ils immunisés ?

• Sortir de l’aveuglement : le facteur temporel, voir tôt.

Le temps, la dimension stratégique ; savoir nommer le réel ; échecs et escroqueries à la prévision ; pensée calculante, pensée méditante ; peut-on prédire le passage à l’acte ?

Séance 5. Vendredi 26 octobre 2018

Jean-François GAYRAUD

Penser le crime à l'ère du chaos (2)

De l’hybridité : l’hostilité à l’ère du chaos.

Le nouveau contexte stratégique ; un exemple : le profil des auteurs d’attentats islamistes.

• De la géopolitique appliquée au crime.

La triade : entités, flux, territoires ; mégapoles et mégalopoles : contrôle et anarchie ; zones grises.

Séance 6. Vendredi 9 novembre 2018

Marie-Christine DUPUIS-DANON

La finance criminelle

• 

Séance 7. Vendredi 16 novembre 2018

Philippe LAVAULT

La criminalité dans le cyber espace

• 

Séance 8. Vendredi 23 novembre 2018

Mickaël ROUDAUT

Les marchés de l'illicite : que fait l'Europe ?  

• 

Séance 9. Vendredi 30 novembre 2018

Sébastien LEPERS

Fraudes financières : que fait l'Etat ?  

• 

Séance 10. Vendredi 7 décembre 2018

Eric DANON

Le terrorisme islamiste  

• Archaïsme et modernité du terrorisme islamiste

La revendication religieuse ; lutte globale et terrorisme transnational (une violence aux racines « glocales » ; de nouvelles règles d’affrontement) ; la séduction de la violence (la « promesse du djihad » ; perceptions et représentations de la lutte)

• Pourquoi la France ?

Pourquoi nous ? (Un pays visé pour ce quil est et ce quil fait ; propagande et réalité ; vulnérabilités nationales) ; Qui sont « nos » terroristes ? (des profils diversifiés mais convergents ; les parcours de radicalisation ; le passage à l’acte).

Séance 11. Vendredi 14 décembre 2018

Michel GANDILHON

Stupéfiants : enjeux internationaux et lutte contre les trafics

• 

Séance 12. Vendredi 11 janvier 2019 (3 h)

Philippe DURANCE

Introduction à la prospective, concepts, méthodes

• 

Séance 13. Vendredi 18 janvier 2019 (3 h)

Eric DANON

La criminalité économique

Criminalité économique, criminalité en col blanc, criminalité des affaires, criminalité organisée... De quoi parlons-nous ? Un peu d'histoire ; La nécessité dadopter une approche multi-critères.

Des impacts différenciés

a. Prédations ordinaires et  " démocratiques "

b. Les déstabilisations de dimension stratégique. Exemples :

• Les manipulations financières à grande échelle. Les effets de collusion entre institutions financières, banques d’affaire et agences de notation ; manipulation des bulles spéculatives ; gestion des dettes souveraines ; escroqueries aux « eldorados »…

• La prédation environnementale. Gestion des déchets ; trafics d’espèces rares ; déforestation abusive ; mise en dépendance de populations par les OGM ; quotas carbone ; terres rares...

• Le détournement des révolutions technologiques à des fins criminelles. Imprimantes 3D et propriété intellectuelle ; génomique et manipulation de l’humain ; big data et manipulation de groupes de population…

Comment lutter ?

La réponse pénale : des peines globalement peu dissuasives. Prévention et justice réparatrice.

Séance 14. Vendredi 25 janvier 2019

Eric DANON

Première synthèse du cours

Reprise des éléments essentiels des séances précédentes. Mise en cohérence des exemples relatifs aux évolutions, mutations et ruptures dans l'environnement criminel.

Séance 15. Vendredi 15 février 2019 (3 h)

Eric DANON

L'avenir du crime et du terrorisme

• Le futur des menaces criminelles contemporaines. Où vont les menaces « classiques » (criminalité financière, trafic de stupéfiants, contrefaçons, …) ? ; de la start up du crime aux multinationales de la prédation ; la performance économique croissante des entreprises criminelles sur leur marché.

• La dimension « systémique » de la menace. Conséquences du fait que des éléments de nature différente sont reliés entre eux et en interaction permanente ; les effets multiples et souvent imprévisibles des actions entreprises pour contrer la violence criminalo-terroriste.

 

• Le nouveau conflit type (multidimensionnel, multifronts, multitemporel). 

• Les acteurs non étatiques violents. La violence criminelle dans les guerres hybrides ; terroristes et résistants : une question d’appréciation politique et de temporalité ; éléments de différentiation et de continuité entre groupes combattants armés, milices et bandes criminalo-terroristes ; règles de conduite et d’engagement de ces groupes sur le terrain ; moyens militaires dont ils disposent (exemple : le Hezbollah est-il encore une milice ou une armée au sein d’un Etat ?)

• La multiplicité des fronts. Le terrorisme, un égalisateur de puissance dans la guerre asymétrique ; continuité opérationnelle et mise en réseaux des milieux criminalo-terroristes ; la fin de la profondeur stratégique ? ; les guérillas en zones denses de population - civils volontaires et civils captifs ; la dimension cyber des affrontements - cyber guerres et cyber terrorisme ; Daech : une double tentative simultanée de territorialisation du califat et de déterritorialisation du terrorisme.

• La stratégie médiatique.Le narratif de présentation du conflit aux medias peut devenir aussi important que la réalité du conflit ; quand la stratégie médiatique détermine la stratégie militaire ; les « embuscades de légitimité » (exemple : attirer l’armée ou la police dans des lieux où il y aura des affrontements violents, voire des morts et des blessés, avec des caméras autour).

• L’adaptation des moyens pour lutter contre ces menaces. Évolution récente de la gestion de la violence par le politique. Forces et faiblesses de la coopération internationale. 

Séance 16. Vendredi 22 février 2019 (3 h)

Eric DANON

Conclusion générale du cours et préparation à l'examen

Synthèse générale du CRM. Préparation de l’examen.

© 2018